Adieu Jacqueline

Nanni Balestrini

 

 

 

m’a dit un jour
justement les instants
dans les yeux
scruter l’invisible
quelque chose à dire
les expériences du rien
qui déchire la nuit
l’oubli est un risque
le désir d’écrire
jouer les mots
étoiles soudaines
le secret est là
la poésie se présentait
foudre comme lumière